Rodin Entrepôt : une histoire de famille

« C’est le jour qui m’a guidé, et j’ai toujours suivi le jour. J’y crois beaucoup, autant aujourd’hui que je l’ai fait par le passé. » Voilà une bien belle philosophie, qui nous a été partagée par Avo, l’un des entrepreneurs derrière le magasin Rodin Entrepôt, qui se spécialise en mode enfantine.

Rodin-Magasin

Les débuts

Avo n’a pas fait d’études dans le commerce de détail ou la mode. Il a baigné dans le milieu depuis l’adolescence et il a continué dans ce domaine. Pour reprendre une expression anglaise, Avo est un entrepreneur « street smart ». Il n’a pas acquis son savoir ou son expérience dans les livres, mais plutôt directement sur le terrain.

C’est dans les marchés aux puces que Avo a fait ses premières armes dans le domaine de la vente. « J’allais au collègue, et quelqu’un m’a demander de l’aider. Alors j’ai accepté. » raconte Avo. « Et plus tard, il m’a dit de prendre ce camion là avec la marchandise, et d’aller vendre. Je devais avoir 17 ou 18 ans. J’y allais avec mes frères, tout le monde était ensemble. »

Durant l’été, il faisait la tournée des marchés aux puces. À chaque jour de la semaine était dédié une ville spécifique : St-Eustache, St-Hyacinthe, Lachute, Mont-Laurier, etc. Pour la saison hivernale, c’était au Marché aux puces St-Martin que le commerce s’établissait.

Depuis le début, les 3 frères ont toujours travaillés ensemble, et c’est encore le cas aujourd’hui.


L’essor

« Après quelques années dans les marchés aux puces, nous nous sommes lancés dans la fabrication des vêtements. Nous avions un atelier et quelques locaux dans le coin de Chabanel » raconte Avo. « Pendant des années on a été fabricants de vêtements pour adultes et pour enfants, afin d’approvisionner nos magasins. »

Tranquillement, le vêtement pour adulte a été délaissé, pour laisser la place à la mode pour enfants. « Ça n’a jamais été une décision, le jour nous a amené comme ça. Nous avons eu des enfants, et toute notre attention est allé vers eux. On se disait ceci serait bien pour lui, et cela pour elle… et de là nous nous sommes concentrés sur la mode enfantine.»

Habits-Neige

À son paroxysme, l’entreprise comptait 24 magasins Rodin, pour la plupart des petits kiosques dans les centres d’achats à travers la province.

À partir de 1989, doucement les affaires ont commencé à décliner. Les 5 derniers magasins ont fermé leurs portes en 2014. « On ne pouvait plus survivre » nous explique Avo.

 


Les défis

Le plus grand défi auquel a dû faire face Rodin, c’est le gouvernement qui en a été l’instigateur. En effet, l’abolition des quotas à l’importation pour les textiles et les vêtements a durement frappé l’industrie. « Avant, on ne pouvait pas importer tout ce qu’on voulait, il y avait une limite de marchandise qui pouvait être importée. La balance devait être produite localement, pour subvenir à la demande. » explique Avo.

« Bien évidemment, quand le quota a été aboli, tout le monde s’est rué vers la Chine et l’Inde. Ce fut une période très difficile pour nous, car le salaire de notre main-d’oeuvre était plus élevé que celui dans les pays en voie de développement. Les « gros » de l’industrie se sont mis à importer de très grandes quantités à très bon prix, la moitié ou le quart de notre prix de fabrication. Les entreprises comme la nôtre ont beaucoup souffert de ce changement de politique. Nous avons été les derniers dans la mode enfantine à fermer les portes de notre manufacture à Montréal, il y a 6-7 ans de ça. »

Pourtant, malgré les temps durs auxquels ils ont dû faire face, Avo regarde sur le passé avec philosophie : « Si on n’a pas de défis dans la vie, ça devient un peu monotone.  Plus il y en a et plus je m’amuse. Il y aura toujours des défis, et on essaie de les surpasser.»


Rodin Entrepôt aujourd’hui

Aujourd’hui, Rodin Entrepôt importe ses vêtements de l’étranger et achète de partout dans le monde : des États-Unis, du Canada, de la Chine et de l’Inde.

Rodin-Chic

Selon les saisons, la marchandise offerte à la clientèle varie. Le printemps et l’été, ce sont surtout des robes chic pour fillettes et des habits pour des occasions spéciales, comme les tuxedo pour garçons. Rodin Entrepôt profite de la renommée de la rue St-Hubert pour desservir une clientèle qui vient de partout au Québec, afin de trouver des tenues habillées.

 

Rodin-HiverÀ l’automne et l’hiver, Rodin Entrepôt devient l’endroit par excellence pour trouver un habit chaud et un costume de neige pour enfants à très bon prix. Bien sûr, ils offrent également tous les accessoires d’hiver dont on peut avoir besoin : tuque, cache-cou, mitaines, bottes, etc.  Durant cette période, n’ayez crainte, car une section du magasin est toujours dédiée aux habits d’occasions spéciales pour enfants.

Afin de compléter son offre, et offrir davantage d’aubaines à sa clientèle, Rodin Entrepôt a ouvert une section spéciale de liquidation de vêtements pour enfants 5$-10$. Vous y trouverez de beaux pyjamas pour bébé à 5$, des ensembles 3 pièces pour bébé à 9,99$ et plusieurs accessoires. Pour les enfants, des t-shirt à 5$, des pantalons à 9,99$, des ensembles de sport, des chandails chauds, à des prix très intéressants.

Et le concept semble bien fonctionner. « On est un “bargain shop” et les gens aiment ça! Ils descendent en bas et remontent avec le sourire, parce qu’ils ont trouvé de belles choses à bon prix. »

Liquidation-Rodin


Rodin Entrepôt – Le futur

Lorsque nous demandons à Avo si l’entreprise a des projets pour le futur, il nous explique que selon lui, l’important est de faire du mieux qu’on peut. «Quand on a un projet précis, on s’impose une limite (…) On doit faire des plans, sans y être trop attachés, car parfois on a raison, et d’autres fois non. C’est un apprentissage de tous les jours. Il faut garder l’esprit ouvert et regarder ce qui se passe autour, car les choses changent.  »

Dans le futur, Rodin Entrepôt aimerait se lancer dans la vente en ligne. D’ailleurs, ils ont déjà fait une première expérience, afin de tester le marché. Rodin Entrepôt espère trouver les bons alliés afin de redémarrer ce projet d’envergure, et desservir une clientèle encore plus vaste. Les chasseurs d’aubaines n’en seraient que très heureux!

Pour en savoir plus sur Rodin Entrepôt, vous pouvez consulter lesventes.ca ou encore visiter le site web de l’entreprise.

Une pensée sur “Rodin Entrepôt : une histoire de famille

  • 2015/10/06 à 1:07
    Permalink

    C’est une triste histoire, mais je pense que les gouvernements devraient favoriser la production locale !

    Pour mes deux enfants, je fais un saut à Rodin à chaque saison où je fais de belles trouvailles à très bon prix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *